13 octobre 2011

du grain à moudre


je suis mon dernier apôtre et ose.
 
 

Canines affleurent où serpentent louvoiements.                                      
Pulpes tactiles ajustent gestuelles, ombres de crocs.
Sous la peau, capillaires affûtent et contractent papilles.
Alvéoles scrutent démesures d'amplitudes artérielles.
L'oblong noueux des muscles arqué aux charnières d'os.
Tendons tachycardiaques malaxent amorces apoplexiques.
Un pas avant l'heure dérangée où s'effondre l'œil des cyclones.









Cervicales enclavées. 
Concaves encastrés.
Circonspects aux réflexes, 
Frondent reflets circonflexes.

Caparaçonnés d'écarts.
Encartonnés d'égards.   
Avancées orbitales
Font cadences sidérales.

Couleurs effilées.
Racoleurs défiés.
Brasier d'artifices,
Fondent, carrossent édifices.

Onanique organique dégomme aqueux,
Le tangible air argile au creux des fissures.
Ovipares, les cauchemars assomment odieux,
Déciment, déracinent, somme des cieux fait sciure. 

Attabler caricatures.
Recaler encablures.
Commissures cintrées,
Affronts, masures castrées.

Laminer l’envers caduque.
Ramoner vers de sucs.
Équarrir connectique.
Au front, rixe tectonique. 
         
Enclave hermétique
Des caves et criques.
Bascules occultes,     
Siphons, les pendules occultent. 




 

Posté par Another KAa à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur du grain à moudre

Nouveau commentaire